Fermer le lecteur audio

La référence pédiatrique en ligne

site complémentaire du livre Votre Enfant, des Drs Rossant, éditions Robert Laffont

Le frein de langue court

 

Un article de VotreEnfant.

Sommaire

Définitions

Ce sujet est controversé en raison de l'absence de consensus sur la définition anatomique, la fréquence, l'indication opératoire, l'âge opératoire ou la technique opératoire. Le frein lingual court est une anomalie fréquente, autour de 5% avec 2 garçons pour 1 fille. Il s'agit d'une anomalie congénitale responsable d'une ankyloglossie.

On parle de frein de langue court lorsque dans le sens vertical, l'élévation de la langue est limitée et ne peut venir en contact de la partie antérieure du palais et que dans le sens sagittal, la protraction de la langue ne peut dépasser de 1 mm l'arcade dentaire inférieure. Le diagnostic de frein court n'est pas évident.

Les conséquences fonctionnelles

Elles sont de quatre ordres :

- Des difficultés d'allaitement maternel ne sont retrouvées que dans 20 à 50% des cas de frein lingual court

- Des troubles de la phonation (élocution) pour prononcer le « s », le « r » et le « th » anglo-saxon.. L'incidence sur le langage semble en réalité exceptionnelle car de nombreux enfants présentant un frein lingual court ont une élocution correcte

- Des troubles orthodontiques (diastème inter-incisif) sont possible ainsi que le maintien d'une déglutition de type primaire responsable de malpositions dentaires et de prognatie. Les caries seraient plus fréquentes par absence de balayage des faces linguales des dents.

- la gêne sociale est variable : impossibilité de tirer la langue ou de jouer d'un instrument à vent, difficultés pour lécher une glace ou embrasser etc.

Le traitement

Il dépend de l'age de l'enfant

Lorsque le frein lingual est court et pellucide (transparent)), l'allongement spontané est la règle, rendant toute intervention inutile. En période néonatale, en cas de difficultés d'allaitement au sein, on peut sectionner le frein (freinotomie) , ce qui se fait sans anesthésie. Le frein est exposé en élevant la langue avec une sonde cannelée et on sectionne avec des ciseaux sur une longueur de 2 à 3 mm. Le médecin doit éviter de sectionner la zone vascularisée pour éviter toute hémorragie et rester à distance des ostiums des canaux de Wharton.

Lorsque le frein est court et épais, une intervention est nécessaire après l'âge de 1 an. Après un an, l'intervention se fait sous anesthésie générale : on évite la simple section du frein qui peut récidiver; le chirurgien réalise une plastie en VY ou en Z avec suture.

Si on attend plus tard, vers 7 ou 8 ans, le chirurgien peut réaliser la frénoplastie ou plastie d'allongement du frein sous anesthésie locale. En cas de retentissement sur les arcades dentaires ou sur la phonation, un geste plus précose sous anesthésie générale peut être réalisé après avis de l'orthophoniste. Une rééducation orthophonique associée à des exercices de protraction linguale sont necessaires en post-opératoire.

Comment choisir ?

La frénotomie est effectuée chez le nouveau-né lorsqu'on constate un frein court mais l'efficacité de ce geste n'est pas démontrée.

Chez l'enfant plus grand, un bilan orthophonique est nécessaire avant la décision ainsi que l'avis d'un phoniatre et d'un orthodontiste.

Pour en savoir plus

Picard A., : frein court de la langue : sectionner ou pas ? Réalités pédiatriques n°105 novemmbre 2005

Michel B.: frein de langue court : quelle prise en charge ? Pédiatrie pratique n°204, janvier 2009